Accéder au contenu principal

Pourquoi est-ce qu'on déteste toujours ce qu'on était avant ?


Il y a des moments, où, lorsque nous avons le temps pour le faire, nous nous amusons à revoir nos  photos datant de sept ans auparavant, ou même nos statuts Facebook d'il y a quelques années. Puis, nous nous demandons comment nous avons pu oser porter ces vêtements que nous portions bel et bien sur une photo, ou, comment nous avons pu partager cette opinion sur ce statut Facebook, que nous avons pourtant  bel et bien partagé ce jour-là. Nous nous retrouvons alors face à une espèce de dilemme, un dilemme dans lequel nous sommes obligés de reconnaître que c'est bien nous sur cette photo et pas quelqu'un d'autre, et que c'est bien le statut que nous avons partagé et pas celui d'un autre. Mais pourquoi est-ce que, à l'heure d'aujourd'hui, nous sommes incapable de nous habiller de la même façon qu'avant ? Pourquoi est-ce qu'une idée dont nous étions si persuadé qu'elle était bonne, paraît être ridicule pour nous aujourd'hui ? Ces idées, ou l'apparence que nous avions avant, nous les critiquons aujourd'hui, et pourtant, il y a certainement quelqu'un aujourd'hui, qui continue à penser comme cela, ou à s'habiller comme nous le faisions sur cette photo répugnante. La question qui se pose, c'est donc celle de savoir dans un premier temps, pourquoi est-ce que nous rejetons toujours ce qui relève du passé. Ensuite, il s'agit de se demander si nous avons le droit, comme nous le faisons, de nier ce qui, auparavant, semblait être si bon pour nous. Cette réflexion a des enjeux importants, puisqu'en effet, nous pourrions alors nous demander si des idées telles que celle de vérité et d'erreur, et de « moi », peuvent exister. 
Un auteur du XIXe siècle propose une réponse originale. Il s'agit de Friedrich Nietzsche, et pour cette réflexion, on étudiera un extrait de texte tiré de son livre Le Gai Savoir :

Friedrich Nietzsche
« Tu vois maintenant une erreur dans cette chose que tu aimais autrefois comme vraie ou comme probable : tu la rejettes loin de toi et tu te figures que ta raison vient de remporter une victoire. Mais peut-être cette erreur, jadis, alors que tu étais un autre – on ne cesse jamais d'être un autre – t'était-elle aussi nécessaire que tes "vérités" d'aujourd'hui ; c'était une sorte de peau qui te cachait, te voilait bien des choses que tu n'avais pas encore le droit de voir – c'est ta nouvelle vie, ce n'est pas ta raison qui t'a tué cette idée : tu n'as plus besoin d'elle, elle s'effondre sur toi, et sa déraison vient au jour, elle sort en rampant comme un ver. Quand nous exerçons notre critique ce n'est pas arbitrairement, ce n'est pas impersonnellement, c'est, souvent au moins, parce qu'il y a en nous une poussée de forces vivantes en train de dépouiller leur écorce. Nous nions et nous sommes obligés de le faire parce qu'il y a quelque chose en nous qui VEUT vivre et qui VEUT s'affirmer, quelque chose que nous ne connaissons, que nous ne voyons peut-être pas encore !… Donnons ce bon point à la critique. »

Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir (1883 et 1887), trad. P. Klossowski / Club Français du livre, 1990



Il ne faut pas s'inquiéter si on ne comprend pas tout de suite le texte, c'est normal car Nietzsche est un auteur qui, dans ses livres, utilise une forme d'écriture inhabituelle : les aphorismes, c'est à dire bien souvent, des exclamations, et des discours souvent courts, et dans lesquels, comme celui-ci, il s'adresse directement à son lecteur. Passons maintenant à l'analyse du texte : 

Rien n'est vrai ni faux 

       L'idée principale du texte est évidente : rien n'est vrai ni faux. Pour Nietzsche, en effet, il n'est pas bon, c'est même un acte arrogant que de considérer le présent comme étant la vérité, c'est-à-dire la seule chose qui soit bonne, puisque, nos idées, ou bien notre style du passé, au moment où nous en avions conscience,  étaient pour nous aussi de bonnes choses, nous étions convaincus qu'il s'agissait de la vérité. 
        Ce passé que nous considérons, à travers cette photo ou ce statut Facebook, comme des « erreurs », Nietzsche considère qu'elles sont nécessaires, parce que ces erreurs étaient, comme le dit l'auteur « un voile » ou une « peau » pour nous cacher ce que, à un moment donné, nous n'avons pas le droit de voir. Par exemple, notre style vestimentaire de la photo passée, qui nous plaisait sur le moment, n'était là que parce que nous n'étions pas prêts à assumer notre style d'aujourd'hui. C'est pourquoi selon Nietzsche, nous n'avons pas le droit de rejeter le style de la photo, car il nous a été essentiel. 
      Le présent, ce que nous sommes aujourd'hui, n'est donc pas non-plus la vérité, il n'est en fait, ni vrai ni faux, il est simplement ce que nous sommes à ce moment précis, et lorsque nous serons différents, et que ce que nous sommes aujourd’hui, deviendra le passé, ce sera simplement une idée de ce que nous avons été à un moment donné. 

Cette force qui nous fait changer, c'est la volonté de puissance 

      Si nous sommes choqués devant cette photo ou ce statut Facebook, c'est parce que pour Nietzsche, il y a quelque chose en nous qui n'a plus besoin de ces idées ou de ce style, qui « VEUT » comme l'auteur le signale bien en majuscule, vivre. En effet, Nietzsche, au-delà de considérer que rien n'est vrai, et que rien n'est faux, pense toutefois que l'idée de vrai et l'idée de faux, sont importantes pour notre vie. En fait, il fallait que ce style vestimentaire que nous avions dans le passé, nous semble être bon, pour que nous osions l'assumer. Nous ne l'assumons plus aujourd'hui, car il nous semble être faux, il est répugnant pour nous, car il ne nous est plus utile. 
        Cette chose en nous qui VEUT, c'est cette même chose qui supprime ce qui ne nous sert plus à rien, ce qui n'augmente pas notre vie. Exactement comme le phénomène d'éternuement : si nous éternuons, c'est parce que notre corps détecte un microbe dans notre nez, et rejette ce microbe grâce à l'éternuement. Pourquoi ? Parce que ce microbe, nous empêcherais de vivre pleinement. Il en est de même pour nos idées ou pour notre style, quelque chose en nous leur donne une valeur qui nous permet de mieux vivre, et si nous ne les aimons plus, c'est parce que si nous y étions encore attachés, nous nous sentirions mal dans notre peau. Cette chose en nous qui VEUT, Nietzsche ne lui a donné aucun nom dans son texte, mais elle est essentielle dans toute son œuvre ; c'est la volonté de puissance. Selon lui, il s'agit d'une force qui anime l'homme et tous les êtres vivants, cette force, c'est elle qui détruit ce qui ne renforce pas notre vie. J'écrirais un article qui y sera consacré afin que l'on puisse comprendre de quoi il s'agit réellement. 
          Bref, cette force est en nous, mais elle est plus forte que nous, nous n'en décidons pas. En effet, nous ne décidons pas de changer, nous changeons sans le vouloir. Ce n'est donc pas parce que nous sommes plus intelligent aujourd'hui que nous ne pensons plus la même chose qu'avant, mais simplement parce que ce que nous pensions avant, ne nous est plus utile pour être bien dans notre peau, en un mot : pour VIVRE. Nous adhérons à nos idées, simplement parce qu'elles nous permettent de mieux accepter le caractère compliqué de la vie, et plus nous grandissons, plus nos idées et notre style vestimentaire changent parce que nous nous tournons toujours vers des idées et des styles qui nous permettent de nous sentir plus forts, d'avoir plus de puissance, c'est ce qu'est la volonté de puissance. 

Nous n'avons pas de moi

    Jusque-là, c'est la vérité et l'erreur qui n'existaient plus, mais, avec Nietzsche, nous pouvons également tirer un trait sur cette chose que nous appelons « moi ». Le moi, c'est ce que nous affirmons face aux autres, ce qui nous désigne nous-mêmes. Quand nous disons « moi », nous parlons de nos idées, de notre personne, en bref ; de ce que nous sommes sur l'instant où nous parlons. Or, nous l'avons dit tout à l'heure, ce que nous sommes à un moment donné, n'est jamais ce que nous serons plus tard, et Nietzsche le confirme dans le texte : « on ne cesse jamais d'être autre ». Nous nous attachons à une identité actuelle, justement parce qu'elle nous apporte une certaine puissance. Mais lorsqu'elle ne sera plus bénéfique, nous deviendrons un autre. L'analyse de Nietzsche sur le moi, réclamerait un article tout entier pour être étudié avec une vraie précision, mais nous nous contenterons de ce texte pour conclure ; rien n'est à exclure en soi, ni dans le passé ni maintenant, car tout ce que nous avons aimé, ou que nous aimons maintenant, est essentiel pour nous car nous permet de mieux vivre. Si l'on devait conclure, nous devrions donc dire que nous n'avons pas le droit de rejeter ni même de critiquer ce que nous étions, parce que toute chose a une valeur au moment où elle existe.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

Accomplir tous ses désirs est-ce une bonne règle de vie ?

 Introduction:

 Souvent comparé au tonneau des Danaïdes qui se vide à chaque fois que l'on essaye de le remplir, le désir se caractérise par son caractère insatiable. En effet, à peine est-il satisfait, que de la satisfaction passée, apparait le regret qui donne lui-même naissance à un nouveau désir. Le problème qui se pose émane justement de ce caractère insatiable. On le voit bien, tout comme l'a montré Thomas Hobbes dans  Le Léviathan, qui disait que du désir des hommes non guidés par une instance supérieure apparaissait "la guerre de tous contre tous". Ainsi, la définition même du désir nous mène vers la tension qu'il amène dans une vie avec autrui, si bien que l'on peut se demander si accomplir tous ses désir est une bonne règle de vie. Mais se poser cette question, c'est demander s'il est possible de maîtriser ses désirs ou de renoncer à certains d'entre eux, mais c'est aussi affirmer au préalable que les désirs peuvent être satisfaits, …

Peut-on réduire l'esprit à la matière ?

Introduction: S'il y a une certitude partagée de manière assez universelle, c'est bien celle que l'esprit s'oppose à la matière, comme la théorie s'oppose à l'expérience. On voit en l'esprit l'élément immatériel incarné dans l'homme, cette fameuse "substance pensante" (res cogitans) dont nous parle Descartes. Le problème qui se pose, est qu'il y a peut-être des risques à vouloir absolument distinguer la matière de l'esprit. Car paradoxalement, c'est notre esprit qui nous met en lien direct avec la matière, et donc nécessairement le rapport à la matière qui nous fait savoir que nous sommes des êtres spirituels. Nous sommes donc invités à nous interroger sur la question de la légitimité du dualisme. En somme, peut-on réduire l'esprit à la matière? Cette question, qui, au premier abord paraît totalement paradoxale, du fait que par essence, matière et esprit s'opposent l'une à l'autre, peut devenir intéressante si l…