Accéder au contenu principal

Qu'est-ce qu'un menteur ?

Les mots sont des prononciations malléables, totalement libres et contingents. Mais les actes sont des réalisations. On définit généralement le menteur, comme celui qui énonce des propos en les tenant pour vrai, alors que ceux-ci sont faux. Ainsi donc le menteur, serait, du point de vue de l'exigence morale, celui qui ne répondrait pas à la nécessité de véracité dans les propos énoncés à l'autre. Pourtant, il faut analyser en profondeur, différents degrés de mensonge, et pourquoi pas, écarter certaines conceptions erronées.
On le sait, une telle réflexion est intensément liée à la morale. Or, la morale a ceci de spécifique qu'elle dépend de celui qui décide de la respecter, tout en étant un «devoir». Partant de ce principe, un problème se pose vis-à-vis de la définition du menteur : en effet, on peut distinguer en premier lieu, deux types de menteur. En éducation, il est inculqué aux élèves un enseignement. Cet enseignement, en tant qu'il est jugé essentiel pour la vie future, se doit d'être vrai. C'est pourquoi, afin que l'histoire puisse être enseignée à ceux qui ne l'ont pas vécu, il faut que son enseignement soit basé sur un travail scientifique. Or, admettons que l'on enseigne à des élèves, l'histoire (basée sur un travail scientifique), qu'ils l'enregistrent en eux, la tenant pour vraie, mais qu'il y ait eu des erreurs dans le travail des scientifiques. Ces élèves, en prenant l'histoire qu'on leur a appris pour «vraie», iront raconter à d'autres, cette même histoire. L'histoire qu'ils raconteront, étant basée sur une erreur, sera donc fausse. Si l'on considère le menteur comme celui qui affirme ce qui est faux, alors ces élèves mentent. Mais peut-on pour autant juger ces élèves comme étant des «menteurs» ? D'un point de vue moral, non, car ils pensent dire vrai. Leur acte aurait été immoral, uniquement si leur action était intentionnelle, autrement dit, s'ils agissaient dans le but de tromper. Voilà donc, la première conception de menteur que l'on connaît, et que l'on vient de retourner. 
Il est simple alors de comprendre que, le menteur véritable, est celui qui dissimule la vérité, tout en la connaissant. Celui qui connaît la vérité, mais ne veut pas la dire, ne sera considéré comme un menteur, que si on lui demande s'il la connaît, et qu'il dit non. On peut tout à fait dire connaître la vérité, mais ne pas vouloir l'énoncer. Il doit donc y avoir une adéquation entre l'état d'esprit, et l'acte pour n'être pas un menteur. Le menteur est déchiré entre ce qu'il dit être, et ce qu'il a l'air d'être. Dès lors, aussi paradoxal que cela puisse paraître, on peut mentir, sans pouvoir être considéré comme un menteur, à condition qu'on l'assume par ses propos et sa manière d'être. Mentir, c'est donc se trouver dans un paradoxe interne : assurer par ses propos, dire la vérité, mais ne pas avoir l'attitude adaptée à ses propos. Le menteur n'est pas lui-même. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

Accomplir tous ses désirs est-ce une bonne règle de vie ?

 Introduction:

 Souvent comparé au tonneau des Danaïdes qui se vide à chaque fois que l'on essaye de le remplir, le désir se caractérise par son caractère insatiable. En effet, à peine est-il satisfait, que de la satisfaction passée, apparait le regret qui donne lui-même naissance à un nouveau désir. Le problème qui se pose émane justement de ce caractère insatiable. On le voit bien, tout comme l'a montré Thomas Hobbes dans  Le Léviathan, qui disait que du désir des hommes non guidés par une instance supérieure apparaissait "la guerre de tous contre tous". Ainsi, la définition même du désir nous mène vers la tension qu'il amène dans une vie avec autrui, si bien que l'on peut se demander si accomplir tous ses désir est une bonne règle de vie. Mais se poser cette question, c'est demander s'il est possible de maîtriser ses désirs ou de renoncer à certains d'entre eux, mais c'est aussi affirmer au préalable que les désirs peuvent être satisfaits, …

Peut-on réduire l'esprit à la matière ?

Introduction: S'il y a une certitude partagée de manière assez universelle, c'est bien celle que l'esprit s'oppose à la matière, comme la théorie s'oppose à l'expérience. On voit en l'esprit l'élément immatériel incarné dans l'homme, cette fameuse "substance pensante" (res cogitans) dont nous parle Descartes. Le problème qui se pose, est qu'il y a peut-être des risques à vouloir absolument distinguer la matière de l'esprit. Car paradoxalement, c'est notre esprit qui nous met en lien direct avec la matière, et donc nécessairement le rapport à la matière qui nous fait savoir que nous sommes des êtres spirituels. Nous sommes donc invités à nous interroger sur la question de la légitimité du dualisme. En somme, peut-on réduire l'esprit à la matière? Cette question, qui, au premier abord paraît totalement paradoxale, du fait que par essence, matière et esprit s'opposent l'une à l'autre, peut devenir intéressante si l…