Accéder au contenu principal

Liberté et Temps

« Je ne puis désirer la liberté de tous, sans mettre en même temps de côté ma liberté individuelle. De même que je ne puis choisir de faire ceci, sans nier en même temps cela. C'est pourquoi je ne puis aimer une femme, sans refuser en même temps d'en aimer une autre. Toute action, comme on le voit, est donc, en soi, une limitation nécessaire de ma liberté future. C'est là l'un des caractères paradoxales de la liberté. Elle est une réalité concrète, qui se limite sans s'épuiser pour autant. 

Sartre définit la liberté comme le mouvement par lequel chaque homme se réalise lui-même, mais la définit d'une manière bien spécifique, puisque avec lui, notre conception si positive de la liberté disparaît. « L'homme est condamné à être libre », c'est à dire que la liberté n'est plus une quête, un but que l'on suit, mais la condition même de notre vie. Que la liberté ne soit plus une quête, mais une condition, cela signifie que chacun de nos actes est une réalisation de notre liberté individuelle. Mais un problème se pose qui est celui de savoir si « condition » signifie « absoluité ». En effet, être condamné à la liberté suppose que l'on ne puisse y échapper par aucun moyen que ce soit. Or, si nous ne pouvons y échapper, c'est que la liberté n'a aucune limite. Pourtant, paradoxalement, et chacun peut en faire l'expérience, nous savons, que faire un choix ( donc réaliser sa liberté ), c'est en refuser un autre, donc finalement, éliminer le possible qui rendait justement possible la liberté antérieure, qui n'existe plus dès lors que nous choisissons. En fait, tout se passe comme si la liberté s'anéantissait à chacun de nos choix, puis se régénérait tout de suite après. 

Avant que Sartre ne développe sa théorie, la liberté était conçue comme absence de contrainte, c'est à dire, absence d'obstacle à la réalisation de nos actions. Si je veux foncer vers cet arbre, pour que ma liberté se réalise comme je le veux, il faut que rien ne puisse m'empêcher de l'atteindre, la contrainte étant ce qui m'en empêche. Etre libre consisterait donc à faire ce que l'on veut. Or Sartre a ceci d'original qu'il affirme que la contrainte est une condition nécessaire à l'accomplissement de la liberté. C'est comme si, sans contrainte, la liberté n'avait pas de sens. Il n'y a de liberté, dit Sartre, que pour un être en situation dans le monde. Autrement dit, c'est dans le monde que nos actions peuvent se réaliser, et c'est relativement à l'existence du monde que la liberté est effective. On ne peut concevoir une conscience sans monde, car elle n'aurait aucun sens, et on ne peut non plus concevoir un monde sans conscience, car tout se passerait comme s'il n'existait pas. Mais en réalité, dire que la contrainte est une condition nécessaire à la liberté, c'est peut-être même faire une erreur. Avec Sartre, on pourrait dire que la contrainte n'existe pas. Pourquoi ? Parce que c'est la conscience, donc l'homme qui décide qu'une contrainte en est une. Evidemment, on ne choisit pas de venir au monde, et on ne choisit pas l'ordre du monde établit, mais pourtant, notre situation dans le monde reste révélatrice de notre liberté, et affirmer qu'une contrainte nous empêche d'être libre, c'est choisir encore librement qu'une contrainte nous bloque. Pour expliquer sa théorie, Sartre prend l'exemple d'un rocher. En effet, si un rocher m'empêche d'observer un paysage et que je suis dans l'incapacité de le déplacer par ma condition de simple homme, il m'empêche en quelque sorte d'être libre puisque ma volonté ( regarder le paysage ) se trouve dans l'incapacité de s'accomplir librement. Pourtant, Sartre dit que ce rocher, ne constitue en aucun cas une contrainte absolue, puisque c'est relativement à ma volonté qu'il devient une contrainte, et que, ce rocher, plutôt que de m'empêcher d'observer un paysage, peut me servir à grimper de l'autre côté de l'endroit où je me trouve. Ainsi, la contrainte naît d'une incompatibilité entre l'ordre du monde et ma volonté. Etre libre n'est donc pas,  comme le dit Sartre, faire ce que l'on veut, mais plutôt « vouloir ce que l'on peut ». C'est à l'homme d'adapter sa volonté à la situation concrète dans laquelle il se trouve, mais c'est toujours librement qu'il le fait. On pense à cette citation culte du stoïcien Épictète ; « ne veuilles pas que les choses arrivent comme tu le désires, mais veuilles qu'elles arrivent comme elles sont ». 

Nous pouvons désormais revenir sur ce paradoxe. En escaladant le rocher, je refuse de le déplacer, tout se passe comme si ma liberté était atténuée, réduite à néant. Nous pouvons le constater pour énormément d'autres situations. Si je choisis d'aller dans telle école, je refuse en même temps d'aller dans l'autre. Mais ma liberté s'éteint dès lors que j’efface le possible pour le faire être. Choisir un possible, c'est le faire être, et réduire à néant l'autre. Or, la liberté n'existe que par l'existence de plusieurs possibles, et si je néantise l'autre possible, je réduis en même temps les possibles futurs, puisque je suis un être temporel. Etre un être temporel, signifie pour moi, qu'en me réalisant à travers mes actions, je limite ma capacité future à faire ceci ou cela. Il y a en ce sens,un lien étroit entre liberté et temps, car c'est dans le temps que la liberté se réalise et également dans le temps qu'elle se dissout. La liberté ne peut en ce sens, pas être absolue dans la mesure où pour qu'elle le fut, il eut fallut que le temps n'existe pas, et il eut fallut également, que l'homme puisse en prendre conscience, sans exister temporellement, ce qui est impossible puisque ce n'est que dans la perspective de la mort ( donc du temps ) que nos actions prennent leur sens. La liberté suppose donc la temporalité. C'est pourquoi l'on ne peut prétendre qu'un animal ou un objet quel qu'il soit puisse être libre, leur existence ne s'inscrivant pas dans le temps. La liberté est donc relative et spécifiquement humaine. »

Liberté et Temps

Johan

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

Accomplir tous ses désirs est-ce une bonne règle de vie ?

 Introduction:

 Souvent comparé au tonneau des Danaïdes qui se vide à chaque fois que l'on essaye de le remplir, le désir se caractérise par son caractère insatiable. En effet, à peine est-il satisfait, que de la satisfaction passée, apparait le regret qui donne lui-même naissance à un nouveau désir. Le problème qui se pose émane justement de ce caractère insatiable. On le voit bien, tout comme l'a montré Thomas Hobbes dans  Le Léviathan, qui disait que du désir des hommes non guidés par une instance supérieure apparaissait "la guerre de tous contre tous". Ainsi, la définition même du désir nous mène vers la tension qu'il amène dans une vie avec autrui, si bien que l'on peut se demander si accomplir tous ses désir est une bonne règle de vie. Mais se poser cette question, c'est demander s'il est possible de maîtriser ses désirs ou de renoncer à certains d'entre eux, mais c'est aussi affirmer au préalable que les désirs peuvent être satisfaits, …

Peut-on réduire l'esprit à la matière ?

Introduction: S'il y a une certitude partagée de manière assez universelle, c'est bien celle que l'esprit s'oppose à la matière, comme la théorie s'oppose à l'expérience. On voit en l'esprit l'élément immatériel incarné dans l'homme, cette fameuse "substance pensante" (res cogitans) dont nous parle Descartes. Le problème qui se pose, est qu'il y a peut-être des risques à vouloir absolument distinguer la matière de l'esprit. Car paradoxalement, c'est notre esprit qui nous met en lien direct avec la matière, et donc nécessairement le rapport à la matière qui nous fait savoir que nous sommes des êtres spirituels. Nous sommes donc invités à nous interroger sur la question de la légitimité du dualisme. En somme, peut-on réduire l'esprit à la matière? Cette question, qui, au premier abord paraît totalement paradoxale, du fait que par essence, matière et esprit s'opposent l'une à l'autre, peut devenir intéressante si l…