mardi 5 août 2014

Absence


Échantillon d'amour,

Je pense à toutes ces années passés avec toi,

Combien de temps maintenant,

Je ne sais plus,

Mais si j'étais Dieu,

Je te garderais dans mon paradis,

Mais dis-moi donc pourquoi tu es partie,

Me laissant comme ça comme un enfant privé de ses parents,

J'ai fermé mon cœur à toute possibilité,

Je ne dors plus et je ne mange plus,

Mais mon  cœur bat,

Dans sa faible volonté, mais pour toi,

Dans l'espoir de te revoir,

De te revoir un  jour,

Je serai toujours présent,

Je suis toujours seul,

Je t'appelles parfois sans réponse,

Au bord du suicide, mon cœur refuse de cesser de battre,

Montre moi la route que je dois prendre,

Une route sans arrivée,

Mais qui suis-je finalement ?

Privé d'une part de moi-même,

Toi, qui est partie et m'a abandonné, 

N'oublies pas que bien que l'homme soit un être changeant, 

Les choses, elles, restent des choses, 

Tu me répétais sans cesse qu'on ne se séparerait jamais, 

Que malgré les peines on résisterait,

Mais aujourd'hui, tu décides de t'en aller,

Avec qui me laisse-tu ? 

Tu m'abandonne livré à mes vieux démons et mes vieilles plaies, 

J'ai même été à la recherche de la mort, 

Je l'ai trouvée, mais même elle  a refusé de m'accueillir,

De tout ce temps que nous avons passé ensemble,

Ne serait-ce qu'un jour, 

Tu as tout oubliée,

Le mouvement tourmenté de ce monde t'a perverti et formaté le cerveau, 

C'est pourquoi tu ne comprends plus rien et ne vois plus rien,

Tu étais la créatrice de ma législation d'amour, 

Et malgré ça, tu en a violé les lois, 

Mais dis-moi donc mon amour, pourquoi ? 

Si j'étais policier, je t'arrêterais certainement, 

Mais je me méfie du jugement de ce monde détraqué,

Car c'est un monde où tout jugement s'achète, 

Tout est question de liens, de familiarité, 

Mais moi qui n'ait plus de famille,

Je ne peux rien faire, 

Il me reste néanmoins l'amour, 

J'essaye de laisser tomber, mais mon cœur refuse, 

Reviens-moi, ne serait-ce que pour une nuit, 

Bien que je te sois certainement devenu méprisable,

Attends au moins le lever du soleil pour t'en aller complètement, 

Reste avec moi au moins une dernière nuit, un dernier sommeil, un dernier rêve, une dernière tendresse,

J'ai vu énormément d'autres femmes, mais mon cœur, lui, ne réclame que toi, 

Je n'aime que toi, 

Alors réétudies mon cas s'il te plait, je t'en prie,

Même si je ne suis pas très intelligent, 

J'ai néanmoins toujours été présent, 

Tu as gâché ma vie, 

Et même si je ne suis pas assez bon pour toi, 

J'ai néanmoins toujours été présent, 

Aimes moi, comme tu aimes les autres,

Montre moi s'il te plait, quelle route emprunter, 

Une route si possible, sans retour, 

Hier, tu me jetais des fleurs, 

Aujourd'hui, tu me balance de l'herbe, 

Moi qui m'étais tant habitué à ta compagnie, 

Toi qui m'a dévoilé l'essence de l'amour véritable.


Absence, Johan Banzouzi

Aucun commentaire: