dimanche 12 janvier 2014

L'Homme comme seul et unique Dieu sur Terre.

La pensée de Descartes dans Le Discours de la méthode peut faire l'objet d'une relecture, c'est ce que j'ai fait. En effet, pour sa philosophie, René Descartes a besoin que Dieu existe pour valider l'existence du monde. Mais une telle vision est ambiguë en ce sens que premièrement, Dieu est désacralisé par ce discours, et deuxièmement, et le plus important, il place l'Homme au centre du monde, et du coup, transforme Dieu en instrument. Mais nous pouvons voir en ce discours de Descartes une chose pourtant vraie, car après tout, nous n'avons aucune preuve empirique de l'existence de Dieu, si ce n'est celle de certains religieux qui voient en des phénomènes expliqués par la science, des œuvres de Dieu ; la vérité que recouvre le discours de Descartes, est une chose que beaucoup oublient, qui est le fait qu'il y a une interdépendance entre Dieu et l'Homme, qui s'explique en ceci : Bien que Dieu soit d'après les discours créationnistes, le créateur de toute chose, et de l'Homme par la même occasion, il faut retenir une chose, Dieu a autant besoin de l'Homme que l'Homme a besoin de lui, car c'est à travers l'Homme que Dieu existe, l'Homme étant le seul être doué de raison sur Terre, il reste le seul à pouvoir concevoir un Dieu, et à y croire sans aucune preuve empirique. Autrement dit, s'il n'y a pas d'Homme, il n'y a pas de Dieu, ce qui sous-entend par la même occasion que Dieu n'est peut-être pas aussi supérieur à l'Homme que nous le pensons. Tout comme l'Homme a besoin de lui pour être sûr de ne pas être berné par le monde sensible, Dieu a besoin de l'Homme pour être reconnu en tant qu'être suprême. L'Homme peut donc en quelques sorte être considéré comme "demi-dieu", car il est sur Terre seul et unique maître grâce à l'accomplissement de ses désirs par son travail. L'Homme fait exister les choses que Dieu a crée, et les transforme, n'est-ce pas là l'oeuvre du bras droit de Dieu ?
Voilà une vision du discours de Descartes que nous pouvons avoir.

Johan

Aucun commentaire: