Accéder au contenu principal

Etre libre est-ce n'obéir à aucune loi ?



La dissertation qui suit viens d'un sujet que mon professeur de philosophie nous a donné afin que nous en rédigions l'introduction; l'ayant trouvé intéressant, j'ai décidé d'en rédiger la dissertation en intégralité, et de la publier sur mon blog. Cette dissertation peut vous aider, ou vous inspirer, mais en aucun cas être plagiée par vous, car cela ne vous sera pas très bénéfique en ce sens qu'au bac, vous ne disposerez ni d'internet, ni de corrigé. Faites de votre dissertation l'expression de votre propre pensée objective et réfléchie. Bonne lecture.

La définition de la liberté est devenue quasi-universelle. A tel point que si l'on se décidait à parcourir les rues afin de demander à chacun ce que c'est que d'être libre , il serait surprenant d'obtenir une autre réponse que : "être libre, c'est faire ce que je veux", ce qui reviendrait à dire qu'on est libre tant que notre volonté n'est pas gênée par des règles , des lois , ou des contraintes, or , une telle affirmation n'est pas recevable , car si être libre désignait uniquement l'absence de lois , de contraintes ou autre , nous serions dès lors obligés d'affirmer que l'animal est libre , ce qui est faux , car l'animal n'écoute que ce que lui dicte son instinct , et est par conséquent , esclave de son instinct . Pour ce qui est de la loi, nous pouvons nous demander si elle nous empêche d'être libres. Certains dirons qu'elle nous permet d'être libre, car elle empêche les autres de nous faire du mal, de nous voler, ou autre chose de plus ou moins mauvais. Cela reviendrait donc à dire qu'obéir à la loi , permet d'être libre , et que toutes les lois garantissent la liberté, mais une telle conception de la liberté , peut être également remise en question , car s'il suffisait d'obéir aux lois pour être libre , nous serions immédiatement obligés d'affirmer que les peuples dominés par des tyrans sont libres . Le concept de liberté et de loi, pose énormément de problèmes, car il existe aussi les lois de la nature, qui s’imposent automatiquement sans que l’on puisse en changer, ce qui sous-entend que pour être libre nous n’ayons pas d’autre choix que d’y désobéir.

Loi et liberté peuvent-elles s'associer ?

Beaucoup de choses font que la loi m'empêche d'être libre. La loi semble être un ensemble des règles qui entravent à ma liberté . Les lois politiques m'empêchent par exemple de prendre ma voiture et de rouler aussi vite que je le souhaite pour arriver plus vite au lieu que je souhaite, elles m'empêchent d'exercer ma volonté quand j'en ai envie et quand bon me semble. Je ne peux pas m'accaparer d'objets qui ne m'appartiennent pas, même si j'en ai énormément envie. Les lois de la nature m'empêchent d'exercer mes désirs les plus improbables comme par exemple , me jeter du haut d'un bâtiment , pour ressentir des sensations fortes .  Il semble désormais clair , que si je veux réaliser tous les désirs que je viens de citer , désobéir à la loi , est mon unique chance , mais pourtant un problème se pose , car , en effet , en désobéissant aux lois politiques, certes , j'exerce ma liberté, mais puis-je toujours considérer que je suis libre , tout en sachant que je devrait répondre de mes actes devant la justice après ? De même, suis-je réellement libre en désobéissant aux lois de la nature étant donné que je devrait en subir les conséquences ? Je ne peux par exemple me jeter du haut d'un immeuble sans prendre le risque de me blesser ou de mourir . De plus , il existe aussi les lois physiologiques , qui changent mon corps , sans arrêt sans que je ne puisse y faire quelque chose , alors comment être libre dans ces conditions ? On peut donc se demander si en quelques mesures que ce soit , la loi peut permettre d'être libre .

Au premier abord , nous nous disons toujours que la loi est la plus grande entrave à la liberté , or en regardant les choses de manière différente, on peut voir en la loi , ce qui justement garanti la liberté. La loi politique me garanti la sécurité de mes biens et me garanti de ne pas être soumis aux autres de quelques manière que ce soit. Connaître les lois de la nature , me permet de ne pas prendre de risques pour ne pas avoir à payer les conséquences désagréables qu'aurait à subir ma   personne. Si il n'y avait pas de loi , n’importe qui considérant qu'il en ait le droit , se permettrait de me prendre mes biens , ou même de me faire du mal. De même que connaître les lois physiologiques , me permet de me préparer au fait de changer et de ne pas craindre l'avenir, donc de mieux vivre le présent. Tout cela met en valeur la positivité de loi , mais pourtant , un autre problème se pose , car en effet , notre discours se limite à dire qu'obéir aux lois garanti la liberté, mais si être libre signifiait juste le fait d'obéir aux lois , nous serions dès lors obligés d'affirmer que les peuples dominés par les tyrans sont libres , or cela n'est pas recevable car ces peuples sont soumis à des lois qu'ils n'ont guère choisies.

Si il faut des circonstances spécifiques pour que la loi me rende libre , alors qu'est-ce qu'être libre ?
On comprend dès lors qu'il est nécessaire qu'il y ait un autre concept de la liberté. Étant donné que le fait que l'animal n'écoute que ses instinct , fait qu'il n'est pas libre , on comprend  qu'être libre, c'est se débarrasser de ses instincts , autrement dit , être libre c'est vouloir ce que l'on fait . En conclusion , être libre en obéissant aux lois n'est pas impossible , à la seule condition que l'on veuille obéir aux lois que l'on s'est prescrites.  Autrement dit être libre, c'est obéir aux lois que l'on s'est soi-même prescrites , et c'est la le rôle de la démocratie et de la république. Donc la véritable liberté , comme le disait Kant , c'est l'autonomie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

Accomplir tous ses désirs est-ce une bonne règle de vie ?

 Introduction:

 Souvent comparé au tonneau des Danaïdes qui se vide à chaque fois que l'on essaye de le remplir, le désir se caractérise par son caractère insatiable. En effet, à peine est-il satisfait, que de la satisfaction passée, apparait le regret qui donne lui-même naissance à un nouveau désir. Le problème qui se pose émane justement de ce caractère insatiable. On le voit bien, tout comme l'a montré Thomas Hobbes dans  Le Léviathan, qui disait que du désir des hommes non guidés par une instance supérieure apparaissait "la guerre de tous contre tous". Ainsi, la définition même du désir nous mène vers la tension qu'il amène dans une vie avec autrui, si bien que l'on peut se demander si accomplir tous ses désir est une bonne règle de vie. Mais se poser cette question, c'est demander s'il est possible de maîtriser ses désirs ou de renoncer à certains d'entre eux, mais c'est aussi affirmer au préalable que les désirs peuvent être satisfaits, …

Peut-on réduire l'esprit à la matière ?

Introduction: S'il y a une certitude partagée de manière assez universelle, c'est bien celle que l'esprit s'oppose à la matière, comme la théorie s'oppose à l'expérience. On voit en l'esprit l'élément immatériel incarné dans l'homme, cette fameuse "substance pensante" (res cogitans) dont nous parle Descartes. Le problème qui se pose, est qu'il y a peut-être des risques à vouloir absolument distinguer la matière de l'esprit. Car paradoxalement, c'est notre esprit qui nous met en lien direct avec la matière, et donc nécessairement le rapport à la matière qui nous fait savoir que nous sommes des êtres spirituels. Nous sommes donc invités à nous interroger sur la question de la légitimité du dualisme. En somme, peut-on réduire l'esprit à la matière? Cette question, qui, au premier abord paraît totalement paradoxale, du fait que par essence, matière et esprit s'opposent l'une à l'autre, peut devenir intéressante si l…