Accéder au contenu principal

Dieu est uniquement une idée.

Pourquoi cette affirmation vous demanderez-vous.
Et c'est ce que dès maintenant, je vais expliquer. Avant de vous indigner si vous êtes religieux, je vous propose de lire ce qui se suit de cet article.

Les religieux, seront d'accords avec moi pour confirmer que les conceptions de celui que l'on appelle "Dieu", ont étés diverses, sont diverses au moment où vous lisez cette article et resteront diverses, et c'est bien là le problème qui se pose. Pouvons nous toujours parler de "Dieu" en tant qu'un seul être si les religions diffèrent, et ce, non pas uniquement dans la conception , mais aussi dans la manière de pratiquer la religion. Les religions divergent tellement que certaines sont polythéistes . Là n'était qu'une première partie du problème, l'autre partie se trouve dans la définition même de Dieu, que je vais citer tout de suite. D'après les dictionnaires Dieu est un être surnaturel objet de déférence d'une religion. On comprend donc déjà , premièrement que Dieu est l'objet d'une religion, or cette définition est insuffisante, la véritable définition de Dieu est : Objet transcendant qui dépasse la raison. Maintenant que les choses sont claires, je vais donc m’atteler à vous démontrer que Dieu n'est qu'une idée. Mon premier argument est celui-ci :
-Dieu est un être immatériel, car nous ne pouvons pas le saisir et c'est d'ailleurs ce qui fait tout son prestige, et par conséquent, essayer de lui donner une apparence comme le font certaines religions, c'est le désacraliser.
Mon second argument s'appuie sur les dires de Descartes dans Le Discours de la Méthode :
- En effet, Descartes affirme que puisque lui-même, qui est un être imparfait, a dans sa tête une idée de perfection, alors c'est nécessairement un être parfait qui lui a mit cette idée dans la tête. Descartes parle déjà d' "idée" de la perfection, mais là n'est pas tout. Bien que certains philosophes aient prouvé de quelconque manière que Dieu existait, nous n'en avons aucune preuve sensible, et jusqu'à présent, si je ne me trompe, la seule preuve qu'il y ait selon les dires des religieux, est une preuve spirituelle, qu'est la foi. Mais ce ne peut pas être considéré comme une connaissance étant donné que la foi c'est la confiance que l'on accorde à quelque chose d'incertain. Mais il y a un moyen de laver le discours des religieux, et ce moyen se situe dans le discours de Platon, qui parle de "monde intelligible", Platon disait que la vérité se trouvait dans les idées, il affirmait que le monde sensible était insuffisant et qu'il était nécessaire qu'il y ait un autre monde, le monde des "idées", ce monde représenterait selon lui le véritable monde fini, un monde où la vérité absolue se trouverait, et un monde où rien ne changerait, car tout y serait stable. Mais, le monde des idées dont Platon parle se fonde sur des piliers importants que sont: le beau et le vrai, et ces piliers existeraient selon lui, grâce à une transcendance suprême qu'il appelait le Bien, le suprême Bien. Mais ne pourrions-nous pas comparer cette transcendance avec Dieu ? On peut par conséquent s'attacher à la pensée de Platon, et dire que Dieu représente l'archétype de la perfection, donc, l'idée de "Perfection". De plus, une idée est une conception de l'esprit, une représentation abstraite, or Dieu est abstrait étant donné qu'il n'est pas concret. En outre, qui d'autre que l'Homme peut concevoir qu'il y ait un Dieu ? Tout s'explique; puisque c'est l'Homme qui conçoit le Dieu, et qui en fait un idéal de perfection, alors Dieu n'est qu'une idée, celle de la perfection. et si l’on devait suivre Platon, on devrait dire qu'il n'existe que dans le monde des Idées, étant donné qu'il est parfait, son existence n'est possible que dans un monde parfait.

Johan

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ? / Qui suis-je ? / Puis-je me connaître ?

Introduction:

  Il n'y a rien de plus certain et de plus important pour un homme que le fait et le sentiment d'avoir une identité. Notre identité, c'est ce que nous affirmons lorsque nous disons «je» ou «moi». Elle renvoie à ce que nous appelons communément, notre «caractère», c'est-à-dire notre manière d'être aux yeux des autres. Avoir conscience de soi n'a donc pas d'autre sens au départ que celui de savoir que nous correspondons bien à ce caractère que nous nous forgeons en existant. Pourtant, ce caractère qui nous semble si certain, peut nous échapper par moment ; nous pouvons nous persuader de faire quelque chose, sans pourtant au moment venu, la réaliser comme prévu. De même nous pouvons dire dans l'embarras, quelque chose de faux, par la simple présence d'une personne que l'on veut impressionner. Ainsi, le «je», ou le «moi» pourraient s'avérer n'être que des illusions résultants d'une méconnaissance de l'influence du monde …

Accomplir tous ses désirs est-ce une bonne règle de vie ?

 Introduction:

 Souvent comparé au tonneau des Danaïdes qui se vide à chaque fois que l'on essaye de le remplir, le désir se caractérise par son caractère insatiable. En effet, à peine est-il satisfait, que de la satisfaction passée, apparait le regret qui donne lui-même naissance à un nouveau désir. Le problème qui se pose émane justement de ce caractère insatiable. On le voit bien, tout comme l'a montré Thomas Hobbes dans  Le Léviathan, qui disait que du désir des hommes non guidés par une instance supérieure apparaissait "la guerre de tous contre tous". Ainsi, la définition même du désir nous mène vers la tension qu'il amène dans une vie avec autrui, si bien que l'on peut se demander si accomplir tous ses désir est une bonne règle de vie. Mais se poser cette question, c'est demander s'il est possible de maîtriser ses désirs ou de renoncer à certains d'entre eux, mais c'est aussi affirmer au préalable que les désirs peuvent être satisfaits, …

Peut-on réduire l'esprit à la matière ?

Introduction: S'il y a une certitude partagée de manière assez universelle, c'est bien celle que l'esprit s'oppose à la matière, comme la théorie s'oppose à l'expérience. On voit en l'esprit l'élément immatériel incarné dans l'homme, cette fameuse "substance pensante" (res cogitans) dont nous parle Descartes. Le problème qui se pose, est qu'il y a peut-être des risques à vouloir absolument distinguer la matière de l'esprit. Car paradoxalement, c'est notre esprit qui nous met en lien direct avec la matière, et donc nécessairement le rapport à la matière qui nous fait savoir que nous sommes des êtres spirituels. Nous sommes donc invités à nous interroger sur la question de la légitimité du dualisme. En somme, peut-on réduire l'esprit à la matière? Cette question, qui, au premier abord paraît totalement paradoxale, du fait que par essence, matière et esprit s'opposent l'une à l'autre, peut devenir intéressante si l…